> Concept
> Exhibitions
> Video
> Order

 

each & all : [ 1 ] - [ 2 ] - [ 3 ] - [ 4 ] - [ 5 ] - [ 6 ]              [ Recherche par nom / Search by name ] > Goulet Home



 

 

 

 

Trophée de Chasse Humain

Buste humain qui émerge du mur comme un trophée de chasse empaillé. Une plaque en laiton, fixée au-dessous, comporte le nom de la personne représentée, la date de la "prise" et éventuellement le nom du commanditaire.

Le moulage du modèle permet une reproduction troublante des moindres détails de la peau, mais n'empÍche pas la possibilité d'accidents divers qui font de la superficie du corps un paysage autonome. Les différentes parties du moulage sont adaptées sur une structure standard (tailles disponibles : homme, femme, enfant).

 

a Chasse de soi-même
Toute l'histoire de l’espèce humaine est marquée par le phénomène de la chasse. Les générations qui se succèdent entretiennent leurs stratégies et leurs symboles pour s’aider à vivre.

Le trophée, comme témoin d’une chasse réussie, est un objet paradoxal. Il montre un animal mort mais que l’on s’efforce de rendre superbe et éternel. C’est bien là l’énigme du Trophée de Chasse Humain : se regarder mort et majestueux. Le mécanisme de la chasse est transgressé. Comment peut-on se chasser soi-même et se voir comme trophée de sa propre chasse?

Un Trophée de Chasse Humain ne présente pas une proie et ne vise pas à montrer la supériorité, l’habileté ou le mérite de son propriétaire. Plus qu’une simple représentation d’une personne, le Trophée de Chasse Humain se fait métaphore des relations complexes, troubles, de pouvoir et de désir entre les hommes.

a représentation de soi est un signe dans l'espace
Le portrait sculpté a une fonction de conservation de la physionomie d’êtres mortels. Cette opération de représentation, de fixation et d’immortalisation du modèle permet aussi de le démultiplier. Le portrait devient donc un signe qui "occupe" un territoire.

De quelle façon peut-on s’identifier à ce moulage de notre épiderme qui porte notre nom ? Il devient un symbole de nous-même, une trace supplémentaire de notre passage, comme s’il s’agissait de donner une image à notre existence.
Enfin, comment les autres perçoivent-ils cet objet à notre effigie ?

e Collectionneur
La multiplication de trophées forme un ensemble, une collection, mais c'est surtout du collectionneur que l'on veut parler.
Pourquoi vouloir posséder le Trophée de Chasse Humain de soi-même ou de quelqu’un d’autre ? et quels liens affectifs se cachent derrière ce désir de possession ? Toute la sphère psychanalytique travaille de manière récurrente sur ce thème. Je ne compte pas développer cet aspect-là. La proposition formelle du Trophée de Chasse Humain doit suffire à évoquer ces histoires et les cristalliser en une appréhention globale de notre image possible ou celle d'autrui.

'art - trophée
Le trophée, comme l'œuvre d'art, est un reste (reliquat, reliques) d'une constitution de soi qui devient un objet de décoration. Dans les deux cas un objet mort, figé, fragmentaire devient l'emblème d'une activité et d'une respiration difficilement définissables.

e Trophée de Chasse Humain et internet
Le Trophée de Chasse Humain est une représentation en volume d'un individu particulier. Sa réalisation et sa présentation posent différents problèmes relatifs à la manière dont on existe aux yeux des autres.
Or, ce qui se passe sur l'internet, et le principe de la home page comme présentation souvent naïve de soi, est du même ordre. Cette problématique de la présentation de soi est nettement perceptible (voire caricaturale) dans la manière dont les individus isolés, mais aussi les entreprises ou même les institutions se doivent d'être présents. L'essentiel du message est finalement de dire : "regardez, j'existe ...".

a morale : Chasseur et gibier ont vocation à devenir trophée de chasse.

La prise est le contraire du combat et de la mise à mort, c'est un acte de complicité réciproque qui ressemble à une épreuve qui devient la révélation d'une amitié.


Dossier de presse

 

Human Hunting Trophy

This work incorporate a human bust which stands out from the wall like a stuffed hunting trophy. A brass plaque attached underneath bears the name of the person represented, the date of the setting,  and if required the name of the person who placed the order.

The plaster cast of the model provides a remarkable reproduction of the minutest details of the skin and reveals the various imperfections which make the surface of the body look so distinctive.The different parts of the cast are adapted to a standardized structure (available sizes : man, woman, child).

Self representation is a sign in space :
The Human Hunting Trophy aims at concerving the living physionomy of a person. The idea is to give an image to one's existence.

The carved portrait retains the facial appearance of mortal.This operation of representing, fixing and multiplying the model, then immortalizes it.The portrait becomes a sign belonging to a territory. This territory exists because of its inherent profusion of matter and history. What is interesting is that it does not only represent a person, but that it is a metaphor of the space it belongs to.

The Human Hunting Trophy is not a carving but a cast of the model. This metonymical contiguity between the model and the trophy makes it all the more problematic as it is close to the self, because of the affective relation between self and the image of the self and between the self and other people's perception of it.

Hunting :
The hunting process and the trophy are the aspects which are of concern to us.
Hunting can roughly be described as the meeting of two protagonists : one looking for the other, the other searching often for something else. In a metaphorical way the ambiguity of hunting characterizes the relation of power and desire between men. This ambiguity is rendered here by the trophy which is what is left of a successful hunting party. It's an (often idealized) image of game which reveals that of the hunter or owner. The more interesting the trophy is, the more valuable it is, and the more important its owner's merit and skill are.

The Collector :
The multiplication of trophies makes a set, a collection, but it's the collector who is of interest. Why does one want to possess ones own or someone else's Human Hunting Trophy? What for affectives ties are behind this desire to possess ? Psychologist have worked time and again on this theme. I don't intend to expand on that aspect. The Human Hunting Trophy in itself should be enough to evoke those stories and crystallize them into a perception of our possible image or of someone else.

The Trophy-art :
The link between the trophy and work of art is interesting. In both cases they are what remains (the relics) of the design of an artist, which becomes a decorative object. In both cases a lifeless objets, a fragment, becomes the representation of an activity, a breath which is difficult to define.

The Human Hunting Trophy and the internet :
The Human Hunting Trophy is a three-dimensional representation of an individual. Its creation and its presentation raise different problems concerning the manner in which we exist in other people's eyes.
Now, what happens on the Internet and the principle of the home page  as an often naive presentation of oneself is similar. The issue of the presentation of the self is obvious (in the form of a  caricature sometimes) in the way which isolates people, but also firms or magnifies feelings they must be present. The gist of the message is : look, I exist.

Morale : Hunter and prey can become hunting trophy.

The setting is the opposite of a combat with death, it is an act of reciprocal complicity, an ordeal which becomes the revelation of a friendship.